Premier vol : CLIMAT

Ce vol remplit les objectifs scientifiques d'une reproduction du vol effectué en 2015 aux moyenne latitudes à Timmins (CAN) avec les instruments AireCor, AMULSE et les PicoSDLA(s).

Cela permettra d'avoir de nombreuses mesures simultanées de méthane et de dioxyde de carbone (in-situ et par "carottage d'air").

La bonne restitution du dioxyde de carbone nécessite aussi une mesure simultanée de la vapeur d'eau, ce qui sera réalisée par l'instrument Pico-H2O (suspendue sous la nacelle).

Ajouté à cet objectif premier, un instrument PicoSDLA-STRAT effectuera son second vol afin de préparer la future campagne STRATEOLE 2. Il s'agira lors ce vol, de tester des configurations de mesures pendant le vol (mesure multiplexé de CO2 & H2O) et de pouvoir les comparer aux mesures obtenues par les autres instruments.

Un AMULSE Bi-GAZ (CO2/CH4) effectuera son premier vol technologique.

Un PicoSDLA-Light intégré à l'intérieur de la nacelle principale participera également à cette mission, effectuant ainsi son vol technologique.

Le profil ainsi que les conditions liées à ce vol seront uniquement dictées par la partie mesure des gaz à effet de serre et vapeur d'eau. Pour le reste, il s'agit de vol / tests d'opportunité ne rajoutant donc aucune contrainte.

Deux petites expériences s'ajouteront au vol indépendamment des précédentes : 

Un essai du GPS prévu pour compléter les mesures du vol précédent de Timmins 2015 pour les besoins d'un projet futur d'horloge atomique de précision.

Un radiomètre de mesure du flux infrarouge terrestre montant.


L'équipe scientifique a donc installé ses instruments sur la nacelle Climat.

Photo équipe Climat

Quelques photos de la mise en place du terrain :

3000
3000
3000
3000
3000
3000
3000
3000
3000

Le vol a bien été réalisé avec deux heures de plafond avec des vents faibles de Sud-Est et une descente lente stabilisée autour de 4 à 5 mètres seconde. Le vol s'est terminé dans une zone sécurisée dans le polygone météo à l'écart de toute population.

Polygone d'atterrissage

Les récupérateurs ont dû se faufiler dans la forêt pour récupérer la chaîne de vol.

Photo forêt suédoise

Pour ensuite la ramener saine et sauve dans le bâtiment de l’équipe des balloniers.

Chaîne de vol dans bâtiment

Voir Deuxième vol : BANA