17 Août 2012

Glossaire

Glossaire, par ordre alphabétique, des termes utilisés dans les pages consacrées aux ballons.

Aéronomie (n. f.) : étude des propriétés de l'atmosphère de la Terre, ou d'autres planètes, à haute altitude.

Archimède : Savant grec du IIe siècle avant J.-C., qui en a découvert le principe.

Aérostat (n. m.) : véhicule capable de s'élever, sans moteur, dans une atmosphère gazeuse. Ce mot, forgé en 1783 au moment de l'invention de la montgolfière, vient du grec aeras, « air », et statas, « qui se tient ». Synonyme de ballon.

Aire-sur-l'Adour (Landes) : commune sur le territoire de laquelle est installé, depuis 1963, le principal centre français de lancement de ballons stratosphériques.

Apesanteur (n. f.) : synonyme d'impesanteur. Ce mot est déconseillé en raison des risques de confusion pour l'oreille entre « la pesanteur» et « l'apesanteur ».

Atmosphère (n. f.) : enveloppe de gaz entourant certaines planètes du système solaire. Pour nous, terriens, c'est cette enveloppe qu'il convient de traverser pour accéder à l'espace. Les corps célestes sans atmosphère, comme la Lune ou Mercure, ne peuvent pas recevoir de ballon.

Auxiliaire (adj.) : se dit des petits ballons tétraédriques utilisés pour aider au décollage d'une nacelle scientifique par un ballon stratosphérique.

Ballon (n. m.) : synonyme d'aérostat. Appareil capable de s'élever sans moteur dans une atmosphère gazeuse.

BPCL : sigle de  Ballon Pressurisé Couche Limite

BPS : sigle de Ballon Pressurisé Sphérique (ou Stratosphérique)

BSO : sigle de Ballon Stratosphérique Ouvert.

Chaîne de vol (loc. f.) : ensemble des divers éléments accrochés sous l'enveloppe d'un ballon.

Clapet (n. m.) : dispositif situé au sommet de certaines grosses enveloppes et utilisé pour l'évacuation du gaz porteur afin de piloter le ballon, c'est-à-dire contrôler sa montée ou sa descente.

Enveloppe (n. f.) : partie d'un ballon contenant le gaz porteur. Elle est faite d'un matériau léger, souple et étanche. Selon les modèles, elle est (ou n'est pas) ouverte sur l'extérieur; sa forme est sphérique, cylindrique ou « naturelle» ; son volume varie de quelques m3 à plus d'un million de m3.
Dans le cas des vols stratosphériques, son principal ennemi est le froid, qui peut fragiliser le matériau et provoquer son éclatement aux environs de -100 °C (température de transition vitreuse du polyéthylène).

Environnement spatial (loc. m.) : ensemble des facteurs caractérisant le milieu dans lequel évolue un engin spatial.

Espace (n. m.) : quand on parle de l'espace, on fait généralement allusion à l'espace extra-atmosphérique, c'est-à-dire aux « régions» situées au-delà de l'atmosphère terrestre. C'est le milieu où évoluent les corps célestes et tous les engins spatiaux.

Fermé (adj.) : se dit d'un ballon dont l'enveloppe est dépourvue d'ouverture sur l'extérieur. (Contraire: ouvert)

Forme« naturelle» (loc. f.) : se dit des ballons stratosphériques ouverts qui, au plafond, s'allongent, au point de ressembler à une goutte d'eau dont la pointe serait dirigée vers le bas.

Gravitation (n. f.) : phénomène physique d'attraction des corps matériels les uns par les autres. La gravitation génère une force que l’on nomme « gravité ».

Gravité (n. f.) : force attractive exercée par un astre sur un corps quelconque. Comme il n'existe aucun moyen de supprimer cette force, le corps attiré n'a que deux possibilités : ou bien atterrir sur l'astre attracteur et se trouver en état de pesanteur, ou bien graviter autour de lui et se trouver en état d'impesanteur.

Graviter (verbe) : être soumis aux lois de la gravitation universelle.

Guiderope (n.m.) : long appendice accroché sous le ballon martien du projet Mars 94-96. Utilisé comme lest, son rôle est d'empêcher l'enveloppe d'atteindre le sol, lors de sa descente nocturne.

Hélium (n. m.) : gaz utilisé pour le gonflage de certains ballons. Densité : 0,14.
Dans les conditions atmosphériques normales, un m3 d'hélium pèse 180 g et peut soulever une charge de 1,1 kg.
Ininflammable, l'hélium est moins dangereux à utiliser que l'hydrogène, mais son coût est plus élevé. Il est extrait de nappes de gaz naturel souterraines, situées aux Etats-Unis, en Algérie ou encore en Russie.
C'est un des gaz rares de l'atmosphère terrestre : il n'y est présent qu'à raison de 5 cm3 par m3 d'air.

hPa : symbole de hectoPascal, unité de mesure de pression. En 1986, l'hectoPascal a remplacé le millibar pour la mesure de la pression atmosphérique. La pression atmosphérique « normale» vaut 1 013 hPa.

Hydrogène (n. m.) : gaz utilisé pour le gonflage de certains ballons. Densité : 0,07.
C'est le plus léger de tous les gaz. Il est inflammable. Dans les conditions atmosphériques normales, un m3 d'hydrogène pèse 90 g et peut soulever une charge de 1,2 kg.
En France, l'hydrogène est de quatre à cinq fois moins cher que l'hélium. Elément le plus abondant de l'Univers, il est quasiment absent de l'atmosphère terrestre inférieure, du moins sous forme gazeuse. Il est produit soit par cracking de gaz naturel ou de méthanol, soit par électrolyse de l'eau.

Impesanteur (n. f.) : c'est l'état très particulier qui règne dans un vaisseau spatial. Pour ses occupants, cela se traduit par la disparition du poids et la suppression des autres manifestations habituelles de la pesanteur. Dans ce cas, le poids est compensé par la force centrifuge engendrée par le mouvement circulaire du vaisseau.
Contrairement à une idée répandue, il est tout à fait impossible de créer l'impesanteur à l'intérieur d'un local reposant sur le sol, simplement en y faisant le vide...

MIR (sigle de Montgolfière InfraRouge) : aérostat exclusivement chauffé de façon naturelle, principalement par le flux infrarouge terrestre la nuit et par le rayonnement solaire le jour.

Montgolfière (n. f.) : ballon ouvert soulevé par de l'air chauffé.

Nacelle (n. f.) : dans une chaîne de vol, ensemble d'équipements réunis dans une même structure.
La chaîne de vol d'un ballon stratosphérique ouvert comporte deux nacelles : la nacelle de servitude opérationnelle (NSO), fournie par le CNES, et la nacelle scientifique, fournie par les expérimentateurs.

NSO (sigle de Nacelle de Servitude Opérationnelle) : véritable « cerveau » de la chaîne de vol d'un ballon. Par son intermédiaire, les techniciens conservent la maîtrise du ballon, le pilotent, connaissent sa position et sont informés de ce qui se passe à bord.

Odissea : nom des vols de ballons stratosphériques réalisés au-dessus de la Méditerranée.

Ouvert (adj.) : se dit d'un ballon dont l'enveloppe possède, à la base, une (ou plusieurs) ouverture(s) permettant au gaz porteur d'être en communication avec l'atmosphère extérieure, ce qui équilibre les pressions. (Contraire: fermé)

Ozone (n. m.) : gaz minoritaire de l'atmosphère dont la concentration présente un maximum dans la stratosphère, entre 15 et 25 km d'altitude selon la latitude considérée. Il constitue une « couche» absorbant la fraction du rayonnement ultraviolet qui serait mortelle pour la vie terrestre.

Pesanteur (n. f.) : force d’attraction exercée sur les objets et les personnes, lorsqu'on vit à la surface d'un astre très massif, comme la Terre ou la Lune. C'est aussi la force qui nous donne un poids. Dans la vie courante, sur Terre, on peut considérer que pesanteur et gravité sont une seule et même force.
Seuls les physiciens font la distinction entre les deux : la pesanteur prend en compte la rotation de la Terre sur elle-même, alors que la gravité l'ignore.

Plafond (n. m.) : altitude à laquelle se maintient un ballon lorsque la poussée d'Archimède équilibre son poids.

Poussée d'Archimède
(loc. f.) : dans le cas des ballons, force exercée par l'atmosphère sur l'enveloppe d'un ballon dont elle provoque l'ascension.

Pressurisé (adj.) : se dit d'un ballon dont l'enveloppe, fermée, peut supporter une augmentation de pression qui est faible la nuit, et plus forte le jour sous l'influence du rayonnement solaire.

Stratopause (n. f.) : limite supérieure de la stratosphère, vers 50 km d'altitude. La température y est voisine de 0 °C.

Stratosphère (n. f.) : couche de l'atmosphère, épaisse d'environ 40 km, située au-dessus de la troposphère. La température y croît avec l'altitude, de - 55°C (à la tropopause) à 0 °C (à la stratopause). L'existence de la stratosphère a été découverte entre 1895 et 1898 par le Français Léon-Philippe Teisserenc de Bort. Les appareils de mesure emportés par ses petits ballons d'hydrogène révélèrent une remontée - insoupçonnée à l'époque - de la température au-delà d'une dizaine de km d'altitude.

Tallard (Hautes-Alpes) : commune voisine de Gap où le CNES a créé, en 1966, un centre annexe de lancement de ballons stratosphériques.

Télescope (n. m.) : instrument d'optique équipé d'au moins un miroir utilisé pour l'observation des objets éloignés, notamment les astres. (La lunette astronomique ne comprend aucun miroir mais des lentilles.)

Tropopause (n. f.) : limite supérieure de la troposphère. C'est la zone la plus froide de la basse atmosphère (environ - 55°C aux latitudes moyennes jusqu'à -90°C aux pôles par exemple).

Troposphère (n. f.) : couche inférieure de l'atmosphère. Son épaisseur varie entre 6 km (dans les régions polaires) et 17 km (dans les régions tropicales). La température y décroît régulièrement avec l'altitude, à raison de 6 °C par km, jusqu'à la tropopause.

Zodiac International Toulouse : société industrielle française qui assure, à Ayguesvives (Haute Garonne), la fabrication des enveloppes de ballon du CNES.